Voilà, je m’inquiète pour mon Léo. Il a bientôt 7 ans et est au CP. Et il n’arrive pas à apprendre à lire. La maitresse nous convoque souvent et nous dit que ça ne rentre pas du tout et elle parle de maintien. Mon mari dit que ça va venir mais quand même, je vois bien qu’il a la boule au ventre en partant à l’école le matin quand il sait qu’il va devoir lire devant toute la classe. En plus, quelquefois, il arrive à apprendre ses mots par cœur le soir mais le lendemain, en classe, il a tout oublié !
Pourtant, en maternelle, il aimait regarder des livres alors que maintenant, il n’aime pas lire. Par contre, il réussit bien en mathématiques. Il arrive à faire des calculs et il aime ça. Parfois, il retient bien ses récitations et il a des bonnes notes. Mais tout ça, ça le décourage forcément et puis il n’est pas bête, il voit bien que ses petits copains, ils vont plus vite que lui, il y en a même certains déjà qui lisent bien. A côté de ça, tout va bien, tout le monde dit qu’il est dégourdi pour son âge et c’est le premier à vouloir rendre service à la maison.
Il passe son temps à bricoler dehors, à faire des tours de vélo avec ses copains.
Sa grande sœur pourtant n’a pas eu tous ces problèmes là et elle est bonne élève.
En fait, ça me rappelle beaucoup mon frère quand il était petit et qu’il avait toujours du mal à l’école.
Quand il était en moyenne section, Léo n’arrivait pas à dire des sons et il avait fait un peu d’orthophonie, il avait vite fait des progrès, tout était rentré dans l’ordre. Mais la dame avait dit qu’il faudrait le surveiller au CP des fois qu’il aurait du mal. A l’époque, je n’avais pas bien compris pourquoi mais maintenant ça me revient.
Du coup je me demande si on ne ferait pas bien d’y retourner ? 

Le père de Léo

Voici donc un jeune garçon qui a du mal à apprendre à lire. Il est vrai qu’un enfant de bientôt sept ans se débrouille souvent mieux en lecture que ce que vous décrivez.
Certaines informations que vous donnez sont importantes : le fait que son oncle ait eu les mêmes difficultés et le fait que Léo ait été suivi en orthophonie plus jeune sont des signes qu’il faut prendre en compte.
Dans les autres domaines, il semble aller bien ; il n’a pas de difficulté en motricité, il grandit bien, et arrive à jouer avec d’autres enfants ; ce qui est bien. Et il ne semble pas avoir de troubles du comportement même si lire devant les copains à l’école l’angoisse, ce qui se comprend.
Un bilan orthophonique est à envisager pour savoir s’il nécessite des soins dans ce domaine et il est donc nécessaire de commencer par le médecin traitant.

Vous lui expliquez la situation et il va sans doute vous prescrire un « bilan orthophonique avec rééducation si nécessaire ».
Ensuite vous prenez contact avec un ou une orthophoniste près de chez vous.

La première rencontre avec l’orthophoniste consiste à comprendre la situation, à connaitre l’enfant et ses difficultés. Ensuite, des tests sont réalisées pour permettre d’expliquer pourquoi Léo n’arrive pas à apprendre à lire. C’est peut-être sa mémoire verbale à court terme ou ses difficultés à reconnaître les sons de la parole ou encore des difficultés visuelles particulières qui lui posent un problème. Très souvent, ces enfants ont connu des difficultés de langage oral, ont déformé des mots, ont parlé plus tard. Certains font des confusions entre les sons quand ils lisent ou écrivent mais ce n’est pas toujours le cas. Si l’enfant lit très difficilement, il ne comprend généralement pas ce qu’il lit. Enfin, des difficultés en lecture entrainent souvent des difficultés pour écrire les bons sons et retenir leur orthographe.

Nos solutions

En complément des séances d’orthophonie, vous pouvez à la maison mettre en place des activités qui vont aider Léo :

  • Il a besoin avant tout d’être rassuré : expliquez-lui que ce n’est pas de sa faute, ni la votre, ni celle de son institutrice. Il n’y est pour rien et on l’aime tout autant. Il y a des solutions pour l’aider et des personnes spécialisées pour l’accompagner.
  • Passez du temps avec lui à regarder des livres mais sans lui demander de lire, juste pour qu’il ait le plaisir d’entendre des histoires lues. Vous pouvez lui proposer d’écouter des livres audios pour éviter qu’il lise et ainsi, qu’il continue d’apprendre du vocabulaire de son âge que l’on n’apprend que dans les livres.
  • Ne passez pas trop de temps sur les devoirs avec lui, parlez-en à la maitresse et faites pour lui quand vous voyez que c’est trop dur pour lui, en général, au bout de 20 minutes, il est fatigué, d’autant qu’il a déjà passé une journée à faire des efforts à l’école.
    Pour le soulager, lisez à sa place une première fois pour qu’il comprenne l’histoire. Puis éventuellement, il peut lire, ensuite, le passage ou le texte seul ce qui sera plus facile. De même, il vous dicte les réponses des exercices demandés et vous écrivez à sa place.
  • Félicitez-le le plus souvent possible sur les activités scolaires même quand l’évolution est minime et privilégiez les domaines autres que le scolaire dans lesquels il est en réussite.

Ce sont des difficultés fréquentes qui touchent en France un ou deux enfants par classe. En général, ils peuvent suivre quand même une scolarité classique. Si nécessaire, des aides humaines, des aménagements scolaires, des aides matérielles (ordinateur, scanner…) peuvent être proposés par les enseignants, le médecin scolaire, la ou le psychologue scolaire mais ce n’est pas automatique, cela dépend de la situation.

Lors des séances d’orthophonie, il est souvent demandé de reproduire à la maison de petites activités courtes pour intensifier et automatiser l’apprentissage de la lecture.

L’orthophoniste vous accompagne également pour vous donner des conseils face aux devoirs qui peuvent s’avérer conflictuels et/ou compliqués.