Les difficultés d’Elie

Elie a 10 ans. Il est dyslexique. Il est suivi depuis 2 ans par son orthophoniste. Il vient de faire un bilan psychologique à l’école sur les conseils de son orthophoniste. Une réunion a eu lieu à l’école ensuite. On a conseillé à la famille de consulter le Centre référent des Troubles du Langage et des Apprentissages du CHU. Elie a des difficultés avec son attention. Il a du mal à se concentrer.

Le regard des parents

« Il est très étourdi à la maison. Il oublie tout le temps ses affaires, demande toujours qu’on lui répète ce qu’il doit faire. Les devoirs à la maison, c’est la corvée ! Pour faire un exercice, ça dure des heures : il faut toujours être derrière son dos. C’est bien simple, le plus souvent, il finit ses devoirs en pleurs. En plus, il n’est pas récompensé de ses efforts : même quand il sait sa leçon, arrivé en classe le lendemain, il a tout oublié ! La maîtresse se demande même s’il a fait ses devoirs. Les tables de multiplication, c’est un calvaire. C’est bien simple, il ne les sait toujours pas et ce n’est pas faute de rabâcher. Elles sont même accrochées dans les toilettes ! La nuit, en dormant, il gigote. Le matin, on dirait qu’il s’est bagarré avec sa couette. »

Le bilan de la psychologue

La psychologue qui a fait le bilan a rassuré les parents. Elle a expliqué aux parents qu’Elie était un enfant intelligent mais qu’il avait des soucis de mémoire et d’attention. Les parents n’avaient pas de doute sur l’intelligence d’Elie, ils connaissent leur enfant. Il sait plein de choses sur des domaines qui l’intéressent. Il n’aime pas beaucoup l’école et à la première occasion, il file jouer dehors. La psychologue pose l’hypothèse d’un trouble de l’attention. Au début du CE1, il était perdu en lecture. Elie a encore du mal à se concentrer pendant les séances d’orthophonie. La psychologue souhaiterait obtenir un diagnostic de l’hôpital pour faire le point sur l’attention.

Le CRTLA, un passage obligatoire ?

Ces centres ne sont pas un passage obligé. Ils existent pour répondre aux demandes des professionnels lorsque cela est jugé nécessaire. Bon nombre d’enfants n’ont pas besoin d’y consulter si les diagnostics sont clairement établis. Le plus souvent ces centres ne sont pas accessibles directement par les parents. Il faut y être adressé par un ou plusieurs spécialistes. Ce n’est pas parce que les parents sont invités à aller consulter dans un CRTLA qu’Elie a quelque chose de «grave». C’est le seul endroit de la région où l’on pourra faire le point de manière globale et déterminer les soins à mettre en place de manière coordonnée.

Où trouver un CRTLA?

Ces Centres référents existent depuis une vingtaine d’années. Ils sont situés le plus souvent dans des CHU et regroupent différents spécialistes. Selon les régions, les fonctionnements sont parfois différents mais le but est toujours le même : aider au diagnostic et coordonner les soins. Ils répondent aux questions des familles et des professionnels de l’enfance. En fonction des besoins, plusieurs professionnels peuvent y être consultés : psychologues, orthophonistes, ergothérapeutes, psychomotriciens, médecins, enseignants spécialisés. Ces spécialistes vont réaliser des bilans, se réunir pour en discuter et, le plus souvent, c’est lors d’une consultation médicale de synthèse que le diagnostic final sera posé.

Que va évaluer un CRTLA?

Ces centres sont compétents pour tous les troubles du langage et des apprentissages. Les enfants qui présentent des troubles sévères du langage oral, du langage écrit (dyslexie-dysorthographie), du graphisme, de la coordination motrice et de l’attention peuvent donc être concernés.

Il n’est pas rare que ces enfants présentent plusieurs de ces troubles de manière associée, c’est que l’on appelle une comorbidité. Ces centres ont donc toute leur pertinence pour faire le point de manière globale. Lorsque le diagnostic final est posé, cela permet de coordonner les soins et de prévoir, parfois, les aménagements scolaires estimés nécessaires.

Il arrive aussi que ces centres reçoivent des enfants qui présentent des pathologies parfois plus sévères : retards globaux, maladies génétiques, neurologiques.

Comment contacter le CRTLA?

Les parents ont besoin de savoir si les troubles de l’attention d’Elie sont avérés. La conduite à tenir est la suivante :

Prendre contact avec le CRTLA de votre région pour demander un dossier de candidature. Il sera constitué de tout ce qui a déjà été entrepris pour Elie. Il vous sera peut être aussi demandé de remplir et de faire remplir des questionnaires pour mieux connaître Elie et son comportement selon les endroits et les personnes avec qui se trouve.

Une fois constitué, vous adresserez ce dossier au secrétariat du CRTLA où il sera étudié. Plusieurs consultations seront alors proposées avec une synthèse médicale pour conclure. Il y a parfois plusieurs mois d’attente selon les régions.
Elie et vous-même serez reçus lors de bilans parfois regroupés le même jour pour faciliter vos déplacements.
Après ces bilans, les spécialistes libéraux et vous-même recevrez par courrier tous les compte-rendus qui permettront d’aider Elie sur place.

Contrairement à certaines idées reçues en France, ce n’est pas forcément en raison de troubles graves que l’on va consulter un CRTLA. Ces Centres ont pour mission de faire le point de manière globale et de répondre aux questions des spécialistes quant à la validité de certains diagnostics. La plupart des troubles classiques des apprentissages n’en relèvent pas. C’est lorsque ces troubles sont combinés et difficiles à mettre en évidence qu’il faut envisager ce type de consultations pluridisciplinaires.
Mieux diagnostiquer, c’est mieux soigner pour mieux grandir et mieux apprendre.