Compter sur ses doigts fait partie du développement normal d’un enfant. Selon son âge, c’est tout à fait attendu. 

Mon enfant a 5 ans, 6-7 ans, il est en grande section de maternelle ou en CP 🡪 Il est complètement normal qu’un enfant en début d’apprentissage mathématique utilise ses doigts pour compter. Cela est même plutôt un bon signe de compréhension des nombres et d’utilisation de stratégies ! 

Mon enfant a 8-9 ans, il est en CE2 🡪 Il est aussi normal qu’un enfant en cours d’apprentissage mathématique utilise ses doigts pour compter. Par exemple, en 2003, une étude a montré qu’un enfant de CE2 utilisait, en moyenne, ses doigts pour calculer le résultat d’un quart des opérations proposées dont le résultat est en-dessous de 20 (Ménissier, A. (2003). Les variations stratégiques chez l’enfant dans le calcul d’additions et de soustractions élémentaires. Glossa, 83, 20-33). S’il ne présente pas de difficultés autres en mathématique, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. 

Mon enfant a plus de 10-11 ans, il est en CM2 ou au collège 🡪 L’utilisation des doigts devrait être moins fréquente à partir de la fin de l’école primaire. L’enfant développe une bonne compréhension et une bonne représentation mentale des nombres, de sorte qu’il est capable de retrouver le résultat d’opérations de mémoire ou de réaliser des calculs mentalement (en décomposant les nombres par exemple). Toutefois, un(e) enfant de CM2 utilise en moyenne ses doigts pour calculer le résultat de 11% des opérations proposées dont le résultat est en-dessous de 20. Même les adultes utilisent parfois leurs doigts ! Il n’est donc pas anormal que, parfois, un(e) enfant de CM2 utilise encore ses doigts pour calculer.  Si l’enfant ne peut effectuer aucun calcul sans ses doigts, il peut avoir besoin d’une aide spécialisée pour le calcul ou d’un bilan orthophonique.

Si un enfant choisit d’utiliser ses doigts pour réaliser un calcul, c’est qu’il s’agit, à ce moment-là, de la meilleure stratégie pour lui. Laissez-le faire ! De plus, l’empêcher d’utiliser ses doigts reviendrait à le priver de trouver un résultat correct et de, progressivement, l’enregistrer en mémoire.