L’adolescence et la mue

Gabriel a 13 ans et sa voix devient vraiment bizarre. Souvent elle est éraillée. Parfois elle se casse en faisant des couacs très désagréables. Quand il se met à parler fort elle redevient très aiguë. Ce qui l’énerve le plus c’est qu’ il ne la contrôle pas vraiment.

À l’adolescence les enfants changent de voix. Sous l’effet de la croissance, le larynx grandit. Son changement de taille s’accompagne d’une légère descente dans le cou. Les cartilages se développent et les cordes vocales s’allongent. Chez les garçons comme chez les filles, la voix devient plus grave. Mais si la mue passe presque toujours inaperçue chez les filles, celle des garçons est plus spectaculaire.
Ceci tout d’abord parce que de la voix d’un jeune garçon à celle d’un jeune homme il y a un écart de fréquence bien plus important que de la voix d’une petite fille à une jeune fille. Les fréquences des voix d’enfants sont aiguës. La mue du garçon fait tomber sa voix dans les graves et cela se remarque forcément.
Les cordes vocales du garçon doublent de longueur en passant de 12-13 cm à 20 ou 24 cm chez l’homme. De plus, les hormones mâles qui sont fabriquées lors de la puberté ont pour action d’épaissir les cordes vocales. Plus grandes et plus épaisses, elles vibrent alors comme les cordes d’une contrebasse.

La mue retardée 

Marin a bientôt 16 ans mais sa voix reste fluette comme celle d’un jeune enfant. Certains de ses camarades l’imitent et se moquent de lui. Ses parents lui disent que sa voix va changer mais rien ne se passe. Parfois il aimerait ne plus avoir à parler tellement il se sent en décalage.

Le phénomène de mue retardée se traduit chez l’adolescent par une voix qui demeure enfantine alors que sa physionomie est déjà transformée par la puberté.
Une consultation chez le médecin ORL permet de vérifier si la croissance du larynx s’effectue correctement et si les cordes vocales (ou plis vocaux) vibrent normalement.
Si tel est le cas, le retard de mue est le plus souvent dû à une mauvaise utilisation de sa voix : un mécanisme vocal inadapté.
En effet, les enfants parlent en utilisant un mécanisme qui met en contact la partie fine des cordes vocales. C’est le mécanisme 2 que l’on appelle aussi le mécanisme léger. Avec des cordes vocales plus épaisses, le mécanisme vibratoire adapté est celui qui met en contact toute la masse des cordes vocales (plis vocaux). C’est le mécanisme 1, plus lourd. Les brusques variations de hauteur qui rendent les voix d’adolescent instables au moment de la mue sont dues au passage involontaire et incontrôlé d’un mécanisme à un autre.

Quand aller voir l’orthophoniste ?

Si le jeune est gêné, essuie des moqueries ou s’enferme dans le silence, il y a des solutions pour débloquer la mue.
L’orthophoniste va apprendre à l’adolescent à placer sa voix comme il faut pour la faire résonner dans les graves et à en stabiliser le timbre.
Attention, découvrir sa nouvelle voix d’homme à la fois sexuée et genrée, n’est pas toujours facile à accepter. Il peut exister des freins psychologiques dans le phénomène de la mue retardée et une consultation psychologique peut compléter les séances orthophoniques.

La ménopause

Martine a 58 ans. Elle fréquente une chorale paroissiale avec laquelle elle répète deux fois par semaine comme soprano. Depuis quelques temps, elle s’aperçoit que son étendue vocale est plus limitée qu’auparavant : sa voix est plus confortable dans les médiums et monte moins haut dans les aigus. Alors, pour arriver au résultat habituel, elle sent qu’elle force et parfois il lui arrive d’être aphone les soirs de répétition.

À la ménopause, l’arrêt de la sécrétion d’hormones de progestérone et la diminution des oestrogènes change le rapport entre les hormones femelles et des hormones mâles présentes dans le corps féminin. L’influence des hormones mâles (androgènes) devient plus importante. Cela va épaissir les cordes vocales et donc rendre la voix plus grave.
Oestrogènes et progestérones sont des hormones impliquées dans la vitesse de commande des nerfs du larynx. Leur effondrement donne une réponse vocale plus lente. Cela se constate dans l’exercice du chant où le passage d’une hauteur à une autre perd en fluidité et en confort.

Pourquoi aller chez l’orthophoniste ?

Les modifications vocales de la ménopause peuvent occasionner une gêne importante chez les chanteuses ou les autres professionnelles de la voix. Dans ce cas, il est fréquent de vouloir forcer son geste vocal pour retrouver la voix que l’on avait l’habitude de produire et d’entendre. Mais un forçage vocal peut aboutir à des dysphonies fonctionnelles ou même à l’apparition de lésions sur les cordes vocales. Dès que le forçage vocal s’installe, une rééducation orthophonique est recommandée pour restaurer une utilisation saine, confortable et optimale de sa voix. Cela permet aussi d’accepter sa voix avec le timbre plus grave et les inconvénients qu’elle implique.

Voix et vieillissement : la presbyphonie

André a 80 ans, sa voix est faible et tremblote. On lui demande souvent de répéter dans les commerces bruyants. Il manque de souffle, il force pour se faire entendre et son chevrotement le fatigue. Sa femme et ses enfants lui reprochent de parler de moins en moins.

Le vieillissement de la voix touche autant les hommes que les femmes mais produit des effets inégaux selon les personnes. C’est ce qu’on appelle la presbyphonie. Elle n’a pas les mêmes effets selon l’état général de santé, l’hérédité et l’hygiène de vie.

Quels sont les effets du vieillissement sur les cordes vocales et sur la voix ?

Avec l’âge, les tissus s’affaiblissent, la surface des cordes vocales devient plus fine et leur élasticité diminue. Quand les tissus de la corde vocale sont plus rigides, elles ne s’accolent plus de manière optimale et laissent passer du souffle. Ainsi la voix apparaît plus faible en intensité et une sensation d’essoufflement peut être ressentie.
Les cartilages s’ossifient, les articulations peuvent souffrir d’arthrose et la mobilité des cordes vocales perd en amplitude.
La modification de leur structure et de leurs mouvements perturbe la régularité de leur vibration : la voix peut alors être éraillée ou un peu rauque.

Que peut faire l’orthophoniste ?

Tout comme l’entretien physique évite la fonte musculaire, l’entraînement vocal permet de garder une voix jeune. Les massages vocaux, la pose de la voix, la gestion du souffle et du tonus respiratoire, les conseils d’hygiène vocale, une mobilisation tonique des cordes vocales sans forçage, le chant pour restaurer la souplesse mélodique, la précision articulatoire… sont un exemple des nombreuses clefs de récupération vocale qu’un orthophoniste propose.

Récupérer une voix efficace et agréable à produire permet de maintenir la fonction de communication indispensable à la vie sociale. L’orthophonie propose une meilleure maîtrise de sa voix, à tout âge.