Livre

Photo by Annie Spratt on Unsplash

Il y a plein de sortes de livres différents. J’en ai quelques uns. Ou j’en trouve à la garderie, à la crèche ou l’école. Je peux aussi aller en chercher à la médiathèque. Et les regarder avec papa, ou maman, c’est super. Je ne m’en lasse pas. C’est lui/elle qui me fait tout découvrir. On partage un bon moment ensemble.
Il y a les livres d’images (les imagiers). J’ai plaisir à les regarder, désigner, nommer, poser des questions. Cela me permet de développer mon vocabulaire.

Il y a les livres animés qui jouent sur les matières, les textures et les manipulations. Il y a des languettes à tirer, à soulever. Des pages à déplier ou déployer. Des peluches à déplacer de page en page… C’est comme un jeu. Cela me demande de bien regarder et de faire des choses précises avec mes doigts. Ils m’incitent à parler.

Il y a les albums. Ils mettent en scène des personnes ou des animaux dans des situations et des expériences de la vie quotidienne. J’observe les images et cela me fait penser à ce que je fais tous les jours. Je connais comment ça se passe. On me lit le texte et j’ai des mots et des phrases pour parler mon quotidien.

Il y a les magazines documentaires, sur les animaux, la nature, les pays, l’histoire des hommes, la météo, les machines, les inventions, les volcans…. Ceux-là développent mon attention, ma curiosité. Et j’apprends plein de choses.

Il y a aussi des documents qui servent dans la vie de tous les jours : le programme de télé, le livre de recettes, les modes d’emploi, les notices. Ceux-là m’intéresseront quand je serai un grand. Mais c’est bien de savoir que ça existe et de voir les parents les lire.

Il y a les livres de contes d’ici et d’ailleurs. Dedans il y a des contes qu’on racontait déjà à mes parents quand ils étaient petits. Ceux-là me font réfléchir et grandir dans ma tête.
Ou ceux avec des monstres qui font un peu peur mais pas trop.

Il y a les bandes dessinées avec des images, des bulles avec les paroles des personnages et des petits textes. J’aime beaucoup. Rien qu’en regardant les images, je fabrique l’histoire et je fais parler les personnages. Après un grand me lit ce qui est écrit et je répète après lui pour lire moi-même la prochaine fois.

Il y a les livres sur ordinateur ou tablette, des livres sonores, ou les histoires enregistrées sur CD ou DVD. Je peux me débrouiller tout(e) seul(e), je vois les images et j’entends l’histoire. En plus je peux écouter plein de fois.

Il y a aussi les livres avec des histoires de grands, je les lirai quand je saurai lire.

Et il y a les livres que je fabrique moi-même avec mes parents.
D’abord on fabrique des imagiers. Avec des photos des personnes que je connais, de mon environnement, des objets familiers … Assis sur les genoux d’une grande personne, je regarde, je montre du doigt. On me montre, on me dit. Je dis tout seul.

Assis(e) à coté de papa ou maman, on regarde des catalogues ou les publicités trouvés dans la boîte à lettres. C’est aussi bien que les imagiers du commerce. Ou alors on les fabrique. Maman découpe des images dans les catalogues. Je l’aide à les coller sur un carnet. Et après on les regarde ensemble et on parle.

Et puis après, on fabrique des livres qui racontent une histoire.
Je dessine les images et j’invente l’histoire. Un grand reprend l’histoire que j’ai inventée ou l’écrit. Et ensuite on redit et on relit chacun son tour. C’est drôlement chouette !