Jeux

Photo by Michał Parzuchowski on Unsplash

Les psychologues disent qu’un enfant apprend en jouant. C’est bien vrai et il y a plein de sortes de jeux. Et jouer avec les parents: qu’est ce que c’est bien. D’ailleurs pour moi, pour mon équilibre c’est indispensable. On fait des choses ensemble. On y prend plaisir. Et moi j’apprends plein de choses.

Il y a les jeux de dehors où je cours, je saute, je grimpe, je lance un ballon… Je dépense mon énergie au grand air. Et j’exerce mon équilibre, mon agilité et ma coordination (comme dira ma maîtresse de maternelle). Plus grand je ferai du sport.

Il y a les jeux de dedans.
Il y a ceux où on fabrique quelque chose : les jeux de construction, les encastrements et les puzzles …. Avec ceux-là je développe mon observation et mon sens de l’organisation.
Il y a ceux où on se déguise. Ceux où on fait semblant de jouer au docteur, à la maîtresse, au fermier …avec des petits objets et jouets. Avec ceux-là, je développe mon imagination.

Il y a les jeux et les activités assis à une table, où on dessine, on colorie, on découpe, on colle des pâtes ou des gommettes, on trie des boutons … Avec ceux-là j’exerce ma main et mes doigts. Je développe ma précision et cela me prépare pour écrire.

Il y a les jeux de société. C’est souvent avec grand-père ou grand-mère que je joue au loto, aux dominos, aux cartes, au jeu de l’oie, aux dames… Et plein d’autres rigolos où des souris cherchent des fromages, ou un jardinier poursuit les papillons… Avec ceux-là j’apprends ce que c’est qu’une règle et qu’il faut la respecter. Et puis cela me fait réfléchir et combiner pour gagner !

Et puis il y a les jeux sur écran. Les enfants aiment bien cela. Mais il ne faut pas regarder un écran trop tôt, les médecins disent pas avant 3/4 ans et pas longtemps (30 minutes par jour). Cela n’est pas bon pour les yeux. Certains jeux ne sont pas adaptés pour les enfants. Et si cela exerce ma vitesse de réaction parce qu’il faut cliquer le plus vite possible, cela limite l’imagination parce que tout est prévu d’avance par le créateur du jeu.

Petit, si on me donne des objets et des jouets, je les explore. Je fais et refais toujours les mêmes expériences pour vérifier. J’aime bien quand il y a quelqu’un qui s’assoie à côté de moi pour regarder ce que je fais, pour m’imiter. Et jouer avec moi. S’il y a un autre enfant avec moi, on ne sait pas encore jouer ensemble. On joue en parallèle sans mêler notre jeu. Et on n’aime pas beaucoup que l’autre vienne nous emprunter un objet ou un jouet. On ne veut pas le prêter.
Un peu plus grand, vers 2 / 3 ans, quand je joue à faire semblant, j’aime bien aussi que mon frère et ma sœur jouent avec moi, ou papa ou maman, ou mamie. Ils me donnent des idées, je les imite.
Je commence à jouer avec les autres enfants quand je vais à l’école. Là on joue ensemble. Le jeu se développe parce que chacun apporte ses idées, fait des suggestions.

Il peut arriver qu’un enfant de 3 / 4 ans ne sache pas jouer seul. C’est super quand un plus grand vient jouer avec lui. Regarde ce qui l’intéresse et lui plaît. Lui suggère de faire quelque chose ou l’invite à imiter. Petit à petit, quand il aura un peu plus d’idées, il pourra jouer seul. Mais quelque fois, il n’y arrive pas. Il ne comprend pas les façons de faire ni les règles des jeux. Les autres ne veulent pas jouer avec lui parce qu’il ne suit pas le jeu. Parler de ses difficultés à un médecin est important.
J’ai des copains qui sont toujours en mouvement. Ils ne tiennent pas en place, ils se tortillent dans tous les sens. Des fois ils tombent même de leur chaise. Ils prennent un objet ou un jouet et 30 secondes après ils le reposent sans avoir fait grand chose avec. Alors c’est vite le bazar autour d’eux. Ils font tout très vite, sans prendre le temps d’écouter la question ou la consigne. La maîtresse trouve qu’ils ont très agités et peu obéissants. Mais moi je vois bien que c’est plus fort qu’eux, ils sont comme ça. Je suis sûr que si on parlait de leur hyperactivité à un médecin, il serait de bon conseil.