Expérience

Bébé, je suis un explorateur/une exploratrice, allongé(e) sur le tapis d’activités, assis(e) dans mon petit relax. Je regarde ce qui est coloré, ce qui tourne ou qui brille, le mobile qui se balance. J’écoute ce qui fait du bruit. Je mets dans ma bouche ce que j’ai attrapé parce que j’explore avec ma bouche. J’explore aussi ce que je peux faire avec ma voix et je fais plein de sons.
Quand je tiens bien assis(e), j’exerce tous mes sens.

J’essaie d’attraper avec mes mains. Et je touche, je tâte, je gratte, je frotte, je presse…
Un adulte a cousu vite fait un patchwork avec des chutes de tissu. Il y a du doux, du rêche, du mou, … en regardant, c’est pas les mêmes matières et les mêmes sensations au bout des doigts !

Je regarde. Il y a des formes et des couleurs différentes partout dans la maison.
Mon parent a pris un tube de sauce à salade toute préparée du magasin d’à côté. Il l’a rempli, moitié eau avec du colorant vert alimentaire et moitié huile de tournesol. Il a bien collé le bouchon. Quand je le prends, l’huile fait des bulles dans l’eau. C’est fascinant.
Dans un autre, il a mis des poignées de riz de couleurs, une rouge, une autre bleu, une autre vert, une autre jaune (avec des colorants alimentaires). Il a bien collé le bouchon. Quand je le prends, toutes les couleurs se mélangent. C’est chouette !

J’écoute. Il y a toutes les sortes de bruits. Dans la maison : le téléphone, l’aspirateur, la machine à laver, le chien qui aboie, mon frère qui crie…
Un adulte a pris des petites bouteilles d’eau en plastique. Dans l’une: il a mis des noisettes. Dans l’autre du riz. Dans une autre des pâtes. Dans une autre des grelots. On peut mettre plein de choses différentes. Comme ça, quand je les agite ça fait plein de bruits différents.

Quand je commence à avoir mes premières dents et que je découvre autre chose que boire du lait au biberon, je sens et je goûte des nouveaux aliments. A deux ans, je suis un explorateur/une exploratrice du goût ! Il y a des aliments qui croquent, d’autres qui sont mous. Certains ont du jus, d’autres font des miettes. Il y a du sucré, du piquant, de l’acide. Il y en a qui sentent fort, qui sentent bon. D’autres moins. Mais l’important c’est de goûter !

Je peux faire plein d’expériences dans mon bain : remplir, vider, transvaser, s’arroser… Je découvre que l’eau ça coule et ça mouille… Qu’il y a une même quantité d’eau dans des récipients qui n’ont pas la même forme.
Quand je marche, je suis un/une ingénieur(e) en herbe. Si on m’autorise à le faire, tout est occasion de découvrir et d’apprendre. C’est bien de me laisser faire des expériences, en me surveillant. Et tout n’est pas permis bien sûr. Il faut mettre des mots sur ce que je découvre et l’expliquer. Les expériences, il faut les faire pour du vrai, avec des objets, des matières, par sur une tablette.

Toucher, Visser, dévisser, pas besoin d’un jeu du commerce. Il suffit que papa ou maman me prépare une « caisse à bricoles ».
Dedans, des morceaux de tissus, des rubans, des feuilles de papier, des bouts de bois, de la pâte à modeler, des boîtes de différentes formes et tailles, des tubes de carton, des bouchons, des grosses boules, des anneaux de rideaux, des pinces à linge…

Pour faire des expériences : je passe mon temps à trier, remplir, vider, aligner, empiler… Je touche, je tâte, je coupe en morceaux, je déchire, je chiffonne, j’emballe, j’aplatis … Tout cela ce sont des actions. On peut faire différentes actions avec le même objet. On peut faire la même action avec différents objets. Et cela ne fait pas le même effet parce que les objets ou les matières ne sont pas pareilles. Il y a les lisses, les durs ; ceux qui roulent, ceux qui rebondissent, ceux qui se déforment, ceux qui cassent… Tout cela ce sont des propriétés.
J’en découvre des choses sur les objets. Je fais déjà des sciences et de la physique sans le savoir. Il y aura ces matières-là à l’école.

Un peu plus grand, je fais des tris. Avec un adulte qui regarde ce que je fais. Pour que je ne mette pas dans ma bouche des choses que je pourrai avaler de travers.
Je découvre les formes et les couleurs.

Après 4 ans, quand je bricole, je jardine, je cuisine ou je fais de la pâtisserie avec un adulte, je fais même des mathématiques ! On compte les vis, les œufs … On pèse, on mesure. « Il y en trop, pas assez, la même quantité »… »on partage ». Et en plus, quand on a fini, on est fier d’avoir fait quelque chose ensemble.
Si j’ai fait beaucoup d’expériences avec un adulte qui m’encourage et met des mots sur ce que je fais, ce sera plus facile pour moi plus tard de comprendre et d’apprendre.

Quelquefois, je ne sais pas comment m’y prendre. Je prends un objet, je le repose ou j’en aligne plusieurs. Cela fait du bazar. L’adulte peut me montrer et je l’imiterai.
Ou alors c’est parce que je suis un peu maladroit(e). Que j’ai du mal à coordonner mes gestes : ils sont trop brusques ou pas assez précis. Je fais tomber. Je ne sais pas comment m’y prendre. L’adulte peut m’aider dans mon geste ou me montrer comment m’y prendre.
Et si ça reste encore trop difficile, il y a des professionnels qui peuvent m’aider, comme un psychomotricien ou un ergothérapeute.