Conversation

Les autres et moi, on a des tas d’occasions d’entrer en relation et de se parler.

Chacun doit prendre sa place dans la conversation. L’adulte sait être attentif à mes besoins et mes intérêts. Il prend du temps pour moi. Il m’encourage à m’exprimer. Quand il me parle, il se met face à moi, à ma hauteur. Il fait attention que son visage soit dans la lumière. Il s’adapte à mon âge et il utilise une façon de parler bien particulière (le parler aux enfants). Cela me convient bien. Des phrases courtes, des mots simples et beaucoup de musique dans ses phrases. Il ajoute des mimiques et des gestes à ce qu’il dit. Il me laisse prendre mon tour de parole.

Il observe ce que je fais: mes postures, mes mimiques, mes gestes. De la même façon qu’il écoute mes mots et mes phrases. Même si ce n’est pas encore les bons ou que ce n’est pas encore bien dit. Il me montre qu’il m’a entendu avec un sourire, un petit signe de la tête, un mot gentil. Il reprend ce que j’ai dit, ça me fait des modèles. Il refait le phase (il reformule) ou il complète avec d’autres mots, ça me donne des idées pour une autre fois.

Et moi, un peu à la fois, je deviens un vrai interlocuteur. J’apprends les règles de la conversation. On parle chacun son tour. Quand on me pose une question, je dois répondre. Quand on donne une consigne, j’ai quelque chose à faire. Si je n’ai pas compris, il faut que je le signale. Si c’est l’autre qui ne m’a pas compris, il faut que je trouve une autre façon de dire. J’apprends plein de choses sur le pouvoir des gestes, mots et sur le langage.

Si j’ai quelques difficultés avec la parole et le langage, les adultes ne savent plus trop comment faire pour tenir une conversation avec moi. Ils me parlent moins parce qu’ils pensent que je ne comprends pas tout. Ils s’empêchent de faire des gestes parce qu’ils croient que les gestes vont retarder l’arrivée des mots. Mais c’est tout le contraire, les gestes sont une aide. Ils raccourcissent leurs phrases. Ils utilisent toujours les mêmes mots. Et moi je n’ai plus assez de modèles et de diversité dans les mots et les phrases. Alors qu’il m’en faut plus que les autres. C’est utile de prendre l’avis de l’orthophoniste si c’est le cas. Il dira comment faire au mieux.