Comprendre

Je comprends le langage avant de le parler.

Pour comprendre, je suis comme un détective qui recherche des indices. Je regarde autour de moi. Je repère les personnes et les objets, et l’endroit et le moment de la journée où on est. J’analyse la situation pour voir si c’est quelque chose que je connais. J’essaie de me souvenir comment c’était la dernière fois. Je rappelle dans ma tête tout ce que j’ai appris avant. Je m’occupe des mots et de ce qu’ils veulent dire. Je m’occupe de la façon dont les mots sont organisés dans les phrases. Parce que «la fille pousse le garçon», c’est pas la même chose que «le garçon pousse la fille» !

Pour les phrases longues, je dois mettre toutes les informations dans ma tête pour m’en souvenir. Puis chercher celles qui vont ensemble.

Pour comprendre, il faut savoir aussi décoder les intentions des autres. C’est pas facile ! Parfois il y a des choses qui ne sont pas dites et que je dois deviner. Les grands disent que c’est sous entendu mais c’est difficile de comprendre. Par exemple, quand papa ou maman dit «qu’est-ce que c’est que ce ballon qui traîne?», en fait c’est une façon de dire sans le dire «range-moi ce ballon».

Quand je crois avoir compris, je dois aussi m’assurer que ce que je réponds ou je fais, c’est possible par rapport à la situation dans laquelle on est. Et que j’ai bien interpréter les intentions et les attentes des gens qui me parlent.

J’ai 18 mois, on me dit «va mettre ton manteau». Et je le fais. Ce n’est pas les mots que j’ai compris mais la situation. Le fait que maman ait mis son manteau, et que tous les jours à cette heure-ci on sort en promenade.

A 2 ans, je comprends seulement le mot «manteau’» dans la phrase, mais ça suffit pour que j’aille le chercher.

A 2 ans et demi c’est toute la phrase que je comprends. Je sais qu’elle ne veut pas dire la même chose que «va mettre tes chaussures» ou «va enlever ton manteau».

Après 3 ans je comprends des phrases plus longues, avec deux informations, comme «va mettre ton manteau et tes chaussures» ou «va mettre ton manteau dans l’armoire».

Et après 4 ans, des phrases plus longues et plus compliquées comme «va chercher le manteau qui est accroché dans ta chambre»

C’est important que papa ou maman s’assure que j’ai bien compris. Ou se rende compte que je n’ai pas compris. Des fois ils pensent que ce qu’ils ont dit c’est simple, mais pas toujours. Surtout s’il y a un sous entendu. On n’est pas sur la même longueur d’onde.

Il/elle peut m’aider. En parlant un peu plus lentement ou en disant une deuxième fois. Cela me laisse plus de temps. En faisant une phrase plus courte, avec une seule information à la fois. J’ai moins de choses à traiter à la fois. En faisant un geste ou un signe, en pointant du doigt ce dont il/elle parle. En ajoutant des mimiques. En faisant attention qu’il n’y ait pas trop de demandes trop compliquées. Ou avec des sous entendus, des choses à deviner mais qui ne sont pas clairement dites.

Pour comprendre, il faut que j’entende bien. Le médecin ou le spécialiste des oreilles (l’ORL) sont là pour le vérifier.

Je peux rencontrer des difficultés pour comprendre. Je fais répéter. Je réponds à côté à la question posée. Je suis perdu quand on me demande de faire quelque chose ou je me trompe. Je m’isole parce que le langage des autres c’est trop compliqué. Les histoires ça ne m’intéresse pas trop, je n’écoute pas jusqu’au bout. Le professionnel qui peut m’aider, c’est l’orthophoniste.