Babillage

Vers 5 / 6 mois, quand je suis tranquille et que je me sens bien, je commence à dire des syllabes. Les adultes appellent cela ‘babiller’. Cela fait déjà un moment que je joue avec ma voix. Je pousse des petits cris, je ris aux éclats, je vocalise. Mais maintenant je prononce des syllabes, comme celles de la langue de mon entourage. Au début c’est plusieurs fois la même syllabe («papapapa»; «mamamama»).
Puis je les mélange vers 8 / 9 mois («badaba»; «papipa»…).
En fait je m’entraîne ; comme ça, dans quelques mois, je serai prêt(e) à dire des mots. Je m’entends dire ces syllabes. Et j’ai envie de recommencer. Je fais aussi comme une gymnastique avec mes lèvres et ma langue. Et je deviens du plus en plus précis(e) pour articuler. J’entends et je vois les autres qui m’imitent. Et je me rends compte que c’est un moment d’échange et de plaisir.

J’adore quand papa ou maman, ou mon frère ou ma sœur, penche son visage vers moi et dit aussi des syllabes. Qu’il babille en même temps que moi. On partage un bon moment ensemble. Et en plus, je vois ce qui se passe sur leurs lèvres. C’est bien aussi quand on babille chacun son tour. C’est déjà comme si on faisait la conversation.

Il arrive que je tarde à babiller. Ou que mon babillage soit toujours le même et n’évolue pas. Ou qu’il s’arrête après quelques semaines. Peut-être que c’est parce que je n’entends pas bien. Ou que je ne vois pas bien (et alors je ne vois pas ce qui se passe sur les lèvres). Ou que je manque de tonus et d’agilité avec ma bouche. C’est bien que papa ou maman en parle à quelqu’un, au médecin par exemple. Il saura chez qui nous adresser.